• Frais de port offerts en France métropolitaine :)
  • Entrez dans la résistance !

L'écriture signe son retour !

lundi, 03 février 2014 11:22
"Alors que le numérique triomphe, et si le papier faisait de la résistance ?"
C'est un plaisir de constater que nous ne sommes pas les seuls à nous poser la question.
 
Le magazine Be revient sur le retour en force de l'écriture au sens large et lorsque l'écriture est en première ligne, devinez quel résistant se cache derrière ? ^^
 
 
Les carnets de notes Le Papier fait de la Resistance dans BE 2
 
Les carnets de notes Le Papier fait de la Resistance dans BE 3
 
Les carnets de notes Le Papier fait de la Resistance dans BE 4
 
Les carnets de notes Le Papier fait de la Resistance dans BE 5
 
Les carnets de notes Le Papier fait de la Resistance dans BE 6
 
 
Be n°143 Février 2014 : "L'écriture signe son retour : alors que le numérique triomphe, et si le papier faisait de la résistance ?".
 
"Il paraît que l'écriture manuscrite est en train de disparaître. Les temps seraient durs pour l'antique duo papier-stylo, au point que des spécialistes du tous horizons s'arrachent les cheveux depuis cet été pour répondre à une question qui semble sortie d'un film de science-fiction : sera-t-on un jour incapable d'écrire une liste de course sans notre précieux smartphone ?
 
A force de tweets, de SMS et d'e-mails, il semblerait que l'on se dirige tête baissée vers un monde où la moindre coupure de courant aurait raison de notre communication. En Grande-Bretagne, 40% des personnes déclarent n'avoir rien écrit à la main depuis six mois. Pas même un Post-it ou un numéro de téléphone griffoné à la va-vite. Dans quarante-cinq états américains, l'apprentissage de l'écriture cursive dans les classes de primaire ne sera plus qu'une option à la rentrée 2014. En Inde, des écoles fleurissent un peu partout, proposant des cours à ceux qui ne savent plus écrire à la main. En Chine, on parle carrément de la disparition des idéogrammes.
 
Et pourtant, nous sommes nombreux à cultiver un rapport fétichiste à l'écrit. Voire, à cacher sous notre lit ou dans un tiroir de secrétaire, des trésors manuscrits, cartes postales, kitsch, lettres d'amour, petits mots laissés sur un oreiller ou extrait de cahiers de texte remplis d'humeurs adolescentes... Des états d'âme et des petits détails qu'on ne trouvera pas dans un SMS. Au hasard : un trait de crayon reconnaissable parmi mille, un papier passé de main en main, une odeur.
 
Toujours là après neuf changements de téléphone et quatre nouvelles adresses-mail. En tombant sur sa propre boîte à mots doux, en plein déménagement, Romain Neufcourt s'est dit qu'il tenait "son" concept. Ca faisait des mois qu'il planchait avec son ami d'enfance, Florent Luengo, sur un projet de site de rencontre, et c'est à ce moment précis qu'il s'est rappelé qu'il n'y avait rien de plus intime qu'une bonne vieille lettre. Il créent alors ecrislemoi.com, un site de rencontre sur lequel on ne peut communiquer que... par lettre manuscrite. Joli pied de nez - romantique - au tout numérique.
 
[...]
 
Cette urgence d'écrire, Nicolas Ouchenir la côtoie de près. Et il insiste : elle n'a rien de rétro. Depuis dix ans, ce calligraphe fournit les grandes maisons de ses identités visuelles en pleins et en déliés, et de ses cartons d'invitations à l'ancienne. Mais des particuliers lui commandent aussi des lettres.
Des lettres d'amour, de rupture, de haine, qu'ils n'arrivent pas à griffonner eux-mêmes. "Ils viennent me voir et me demandent de les aider à mettre des mots sur leurs émotions. Je t'aime, je te déteste, je veux te tuer", énumère Nicolas Ouchenir. "Ils ont un blocage qu'ils n'arrivent pas à outrepasser seuls et pourtant ils sentent qu'ils ne pourront se libérer qu'en écrivant." Le calligraphe est aux premières loges pour observer la récente passion qui entoure l'écriture manuelle : "Les gens en ont ras-le-bol de tous ces messages impersonnels et éphémères, estime-t-il. Ca n'a plus de sens quand on reçoit cent cinquante e-mails par jour et qu'un seul a réellement de l'importance. Recevoir un SMS d'amour, c'est sûr, ça nous touche.
Mais quand on ouvre sa boîte aux lettres et qu'on y trouveune enveloppe avec notre nom écrit à la main, on a une vraie émotion. D'ailleurs, on ne peut pas l'ouvrir à la va-vite, on attend d'avoir monté les étages et de s'installer au calme pour les savourer. C'est très spécial." 
Pour Nicolas Ouchenir, écrire à la main, c'est aussi une manière de faire son introspection. "Devant un clavier, on n'est jamais face à son erreur. Prendre un papier et un stylo, barrer, raturer, recommencer, ça permet de structurer sa pensée."
 
Anne-Marie Jobin est art-thérapeute à Québec. Elle anime des ateliers d'écriture, convaincue que tenir un journal permet de libérer ses émotions d'une manière unique.
Quinqua, elle tient le sien depuis qu'elle a 16 ans. "C'est comme si on arrêtait le mouvement du quotidien pour faire le point. On prend une pause, on se donne une page blanche pour y déposer ce qui est là, en ce moment, explique-t-elle. Devant cette page blanche, on prend vraiment le temps d'écouter ce qu'il y'a en soi." Cette lenteur, les claviers ne nous l'autorisent pas. Si on est capables de se torturer dix minutes pour trouver la bonne vanne en 140 caractères ou le trait d'esprit par SMS, on est quand même pressés par l'instantanéité de l'exercice. "Les pensées vont très vite alors quand on prend cette pause pour écrire, elles ralentissent, se focalisent, se précisent", poursuit l'art-thérapeute.
 
Couchez son émotion sur le papier, c'est aussi l'expirer. Sur postsecrets.com, Franck Warren publie tous les dimanches depuis 2004 quelques-unes des deux mille cartes postales - et autant de secrets parfois inavouables - envoyés par des inconnus chaque semaine. "Je vais bientôt être médecin, mais je rigole toujours quand j'entends le mot "téton", je laisse tomber et je me fais un goûter", "J'ai passé huit heures sur Facebook aujourd'hui", "Je simule avec toi la moitié du temps". Ca va mieux en l'écrivant ? "Ca parait simple, mais il y'a quelque chose de très subversif dans le fait d'écrire un aveu sur une carte et de la glisser dans une boîte aux lettres sachant que le monde entier peut potentiellement la voir, note Frank Warren. Même le fait d'admettre par écrit qu'on fait pipi sous la douche est cathartique. Rédiger un secret ne le fait pas disparaître, mais rend son poids un peu plus léger." Pour cet obsédé de la carte postale, tout a commencé quand il avait 10 ans. Il s'envoie ses premiers courrier en colo, et les découvre à son retour de vacances. "Etais-je vraiment la même personne que celle qui avait écrit les cartes ? Qu'est-ce que j'écrirais sur une carte postale adressée à mon moi futur ? J'avais arrêté le temps !"
En France, on écrit en moyenne sept cartes postales par an. Ca ne pèse pas lourd face aux 2900 SMS qu'on envoie chaque année, mais le marché du petit bout de carton se porte très bien. "Comment se fait-il qu'envoyer une carte postale de la grande muraille de Chine reste un plaisir supérieur à celui d'en envoyer une photo par MMS ?", s'interroge le romancier Sébastien Lapaque. De cette obsession, il a fait un roman ("Théorie de la carte postale"), qui sortira chez Actes Sud en février). Il y raconte, sans nostalgie ni désuétude, son amour - très actuel - pour cette petite attention centenaire, qui demeure très charnelle. "Celui qui la reçoit va imaginer que vous avez pensé à lui quelque part en Chine, et puis vous avez collé le timbre avec votre salive, ce qui est très intime, décrit-il. Vous avez touché cette carte avant qu'elle ne soit transportée par un facteur chinois pour être rangée dans un avion qui a traversé la moitié du monde. Et une main l'a déposée dans votre boîte aux lettres." Irremplaçable, on vous dit.
 
Pour tenter de réconcilier le monde du 2.0 au très slow univers de l'encre et de la plume, on voit fleurir, chez tous les concepteurs de micro-informatique, des objets mutants : les stylos numériques. En gros, vous écrivez et il retranscrit votre patte à l'écran de votre ordinateur.
Même dans la Silicon Valley, on ne veut pas rater l'engouement pour l'écriture à la main : en octobre dernier , Google a lancé Handwrite, une nouvelle fonctionnalité qui décode notre écriture manuelle. Pas de révolution - sur le trackpadde notre ordinateur, il est impossible d'écrire "Hello" mieux qu'un enfant de maternelle, et on perd plus de temps qu'autre chose -,mais la preuve que l'écrit titille même les sphères les plus connectées. L'un n'empêche pas l'autre.
 
Ainsi, deux Lyonnais branchés et amoureux du papier ont décidé d'entrer en résistance contre le tout numérique. Ils viennent de lancer une marque de carnet fabriqués en France [Erratum : à Barcelone ;) ], personnalisables et disponibles chez Colette, qui porte bien son nom : Le Papier fait de la Résistance. "Un engagement à revenir à des choses simples et vraies", se targuent les deux trentenaires quand ils présentent leurs carnets de notes "jamais en panne, jamais déchargés".
 
L'écriture est morte ? Alors vive l'écriture by Clarence Edgard-Rosa.
 
...
 
(Si vous êtes journaliste ou bloggueur et que vous souhaitez rédiger un article sur les carnets "Le Papier fait de la Résistance", n'hésitez pas à nous contacter ou retrouver notre dossier de presse ici).
 
VOUS AIMEREZ AUSSI
 
Laissez un commentaire

Vous êtes déjà client chez nous ? Merci de vous connecter avant de poster un commentaire.

Le Papier fait de la Résistance est une nouvelle marque de carnet de notes de bonne facture, née de notre envie de résister au tout digital. Nous avons conçu avec le plus grand soin notre carnet "Le Papier fait de la Résistance" pour diverses utilisations : carnet de note, calepin, carnet de croquis, carnet de dessin, petit carnet intime de poche, simple bloc notes et encore pour des carnets de voyage. Nous offrons également la possibilité d'acheter vos carnets personnalisés pour des cadeaux d'entreprise. merci

Copyright © 2013 LE PAPIER FAIT DE LA RÉSISTANCE | Conditions générales de vente | Mentions Légales | All Rights Reserved | t | | Créer un compte | PRESSE | Foire aux questions | Plan du site